Le très célèbre et tristement pathétique nous

 

 

Le très tristement célèbre et pathétique Nous

ça fait un an maintenant que tu m’as laissée… je crois que je n’ai toujours pas fait le deuil de notre relation car grâce à toi je revivais, j’oubliais ce qu’est la noirceur de l’Humain, l’égoïsme profond qui anime chacun de nous lorsqu’on est seul et désemparé et que l’on veut entraîner tout le monde dans sa douleur

Ta joie de vivre contagieuse, ta soif d’aventures et ton envie d’apprendre, ton ouverture aux autres,  ont su remplir le train-train de ma vie et son lot renouvelé  de rien

Oui tu m’as rendue meilleure, tu faisais de moi une personne que j’aimais, qui croquait la vie et les pommes dans l’Eden euphorique de l’A.

Depuis (et comme avant nous d’ailleurs)  j’erre lamentablement dans un quotidien noir et sans saveur pour redevenir quelqu’un de banal, d’anonyme

Je n’ai pas refait l’amour

Mon désir est parti avec toi, avec le Nous tristement rose

Peut être que je me plais dans cette rêverie douloureuse qui nourrit encore mon cerveau malade masochiste ; peut être que j’ai peur de quitter ma maison et sa triste vie, retrouver un autre Nous dans des bras qui me feraient à nouveau tant de joie (et autant de mal?????)

aaaaarrrgh j’en ai marre de réfléchir.

je pourrai prendre exemple sur ton audace (et la chance qui va avec !! ??)

en suis-je capable?

Publié dans : Non classé |le 26 juillet, 2010 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Quand ma plume parlera |
gonthim |
Il était une fois... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marietheresedarcquetassin
| Le blog de Lyllie
| RETOUR CHARIOT, par Pierre ...